AGENDA
 

Calendrier

publié le 7 octobre 2020
Nom : 21/10 - Brest - Atelier national POPSU - Quand la fabrique de la métropole devient l’affaire de tous
Date : 21/10/2020

Le processus de métropolisation et l’émergence de Métropoles comme institutions remettent en question les configurations politiques, économiques, sociales et environnementales des gglomérations par des dynamiques de concentration des fonctions stratégiques, de mise en réseau, dans et autour du territoire, et la création de nouveaux « arrangements politiques ». L’ancrage de ces métropoles dans la concurrence entre grandes villes et la nécessité pour elles de lutter, en interne, contre la fragmentation sociale, appellent des formes de gouvernance renouvelées, pour assurer la coordination de l’action collective et obtenir une légitimité. Le rôle des institutions métropolitaines est de coordonner les ressources métropolitaines, en facilitant des modes de coopération horizontale. Alors qu’elles sont simultanément valorisées et contestées, les métropoles sont tenues de « ménager » davantage les sociétés urbaines posant la question de l’existence d’un « droit à la Métropole », via la garantie d’un accès de tous à ses ressources. Ce droit est entendu autant pour les habitants de la Métropole institutionnelle que pour les populations à ses « périphéries ». Il suppose également le partage d’un nouveau récit permettant de rassembler les habitants aux conditions de vie marquées par des inégalités et des parcours de vie de plus en plus diversifiés.
La gouvernance multiniveaux aborde l’analyse d’une dynamique métropolitaine « par le bas », en s’intéressant à la manière dont les fonctions métropolitaines sont vécues, en se concentrant sur les pratiques quotidiennes, les actions ordinaires, parfois informelles, les résistances qui soutiennent des processus silencieux de structuration des territoires, pour examiner comment il leur est fait place dans la réalité vécue.
Il peut être question de l’activité économique, des modes d’habiter, du rayonnement culturel… Mais il est question aussi des pratiques nouvelles. En effet, dans un contexte de crise de confiance vis-à-vis du politique, d’incertitudes sur ce que le statut de métropole peut ou non apporter aux habitants des grandes villes, l’intérêt renouvelé porté à l’échelle du proche, du communal, du « micropolitain » prend appui sur une effervescence citoyenne illustrée par le foisonnement d’initiatives individuelles et collectives, associatives ou plus informelles. Celles-ci mettent en actes les diverses transitions auxquelles les sociétés contemporaines sont confrontées : développement de circuits courts alimentaires, expérimentation de nouvelles formes d’habitat et de nouveaux lieux et modes d’organisation du travail (habitat participatif, espaces partagés, fab’lab, tiers lieux…), production d’énergie décarbonée, émergence d’activités économiques en lien avec la transition écologique et soucieuses d’irriguer de manière équilibrée le territoire, mais aussi engagement dans des modes de gestion participatifs de services et d’équipements, exercice d’une solidarité active avec les migrants et les populations les plus précaires, etc. L’enjeu n’est alors pas seulement de faire place à ces expérimentations, de les reconnaitre et de leur permettre de se déployer. Il est de refonder l’action publique à partir de ces initiatives, des savoir-faire et des dispositifs qu’elles font émerger.

Programme (format pdf - 1.7 Mo - 07/10/2020)

L’atelier aura lieu au Pôle numérique Brest Bouguen

Lien d’inscription