Approche systémique et intégrée des territoires

 

Entre nouvelles fractures et effets d’entraînement, la figure polarisante des métropoles s’est imposée ces dernières années comme élément incontournable tant au niveau de l’analyse que des politiques publiques. Tout à la fois espace de diversité sociale et culturelle et de dynamisme technologique et économique, elle recèle aussi parfois des fragilités sociales ou environnementales, consommatrices de ressources qu’elles peinent à régénérer. Dans leurs aires d’influences, des villes moyennes et petites cherchent leurs marques et entretiennent des liens de solidarité étroits mais également parfois des ruptures avec les métropoles. En arrière-plan, se dessinent des territoires structurés par des systèmes urbains de proximité. Certains de ces territoires sont attractifs, d’autres sont touchés par la désindustrialisation, la déprise démographique et la difficulté de maintenir les grandes fonctions qui les avaient constitués.
Au regard de ces situations, comment éclairer la construction des projets territoriaux, urbains et métropolitains ? Quelles alliances des territoires peuvent permettre de fonder des complémentarités ? Quelle place pour leurs franges ? En quoi leurs marges constituent-elles des leviers d’un développement ? Comment les « circuits courts » prennent leur place et se développent sur les territoires ? Enfin, dans un contexte de compétition mondialisée, quelles coopérations territoriales concevoir au plan international ? Et qu’en attendre en termes de renouvellement des modes et des capacités d’action des gouvernements urbains ?

Actions et collaborations en cours :

 
 
Retour sur vingt ans d’évolutions des modes d’action publique urbaine L’international comme ressource et contrainte des modes de faire la ville-cité Concours Réinventer les coeurs de villes Les villes moyennes dans la représentation et les stratégies d’aménagement territorial de l’État : éclairages britanniques, allemands et italiens sur le cas français