Logo préfècture région

1972 : Villepinte - Cité des Pyramides

publié le 4 janvier 2018

Les pyramides font partie des premières réalisations du quartier des Mousseaux à Villepinte. Elles sont imaginées par les architectes Michel Andrault et Pierre Parat (constructeurs de plusieurs bâtiments métalliques dont le Palais Omnisports de Paris Bercy). Aussi dénommées maisons-gradins-jardins, elles sont une sorte d’habitat mixte intermédiaire entre l’individuel et le collectif.

Avec leur « maison individuelle superposée » ou Pyramide, Andrault et Parat offrent un logement collectif pourvu d’un « jardin suspendu » individuel, une belle terrasse de 36 m², sans vis-à-vis et avec un accès quasi individuel. Ils apportent ainsi leur contribution au concept d’« habitat intermédiaire » proposé par Jacques Bardet à Boussy-Saint-Antoine. Chaque pyramide propose 33 logements : 11 logements sont en rez-de-chaussée, 8 au 1er étage, 8 au 2ème, 4 au 3ème et 2 au 4ème. Le faible ensoleillement de certaines pièces, le parking situé au cœur de la pyramide, en rez-de-chaussée, comme l’accès intérieur au logement depuis ce dernier, jugés peu agréables et mal éclairés, sont les défauts les plus souvent relevés par les habitants.

Cependant, ces derniers sont majoritairement satisfaits de leur logement et le peu de mobilité dans ces ensembles l’atteste. En accession sociale à la propriété, ces « maisons superposées » sont aujourd’hui du logement privé. Outre la pertinence du concept et la séduction qu’exerce inévitablement son nom, il convient de souligner l’élégance de cette architecture jamais massive. Les uns sur les autres, en retrait ou saillants, les logements s’individualisent tout en progressant vers le sommet. L’ensemble est en béton crépi de ciment blanc mais chaque logement est, dans sa partie supérieure, surmonté d’un bandeau de béton brut courant à l’horizontale sur l’ensemble de la pyramide. Également en béton brut, les escaliers ajourés zigzaguent jusqu’au 4ème étage tandis que les plantations et les claustras de teinte noire contrastent avec la géométrie et la blancheur dominantes.

Très en vogue dans la décennie 1970, fortement soutenus par le Plan Construction, Andrault et Parat vont multiplier les chantiers de pyramides du type de Villepinte ainsi que des maisons « gradins-jardins » dans de nombreuses villes nouvelles, en région parisienne comme en province.

Plus d’infos : Rendre possible : du Plan Construction au Puca : 40 ans de réalisations expérimentales

  •  (format jpg - 234.6 ko - 03/01/2018)
  •  (format jpg - 234.1 ko - 03/01/2018)
  •  (format jpg - 190.9 ko - 03/01/2018)
  •  (format jpg - 163.4 ko - 03/01/2018)
  •  (format jpg - 102.8 ko - 03/01/2018)
  •  (format jpg - 173 ko - 03/01/2018)
  •  (format jpg - 178.3 ko - 03/01/2018)
  •  (format jpg - 187.3 ko - 03/01/2018)
  •  (format jpg - 253.8 ko - 03/01/2018)
  •  (format jpg - 237.1 ko - 03/01/2018)