Logo préfècture région

PAN - Programme Architecture Nouvelle (1972-1987)

publié le 6 novembre 2015 (modifié le 30 juillet 2018)

Dès sa création, en 1971, le Plan Construction a pour mission de formuler des alternatives à l’architecture des « barres » afin d’améliorer la qualité architecturale des constructions. De cette volonté nait, en 1972, le "Programme d’Architecture Nouvelle (PAN)" qui est destiné à faire connaître des projets d’architecture novateurs ainsi que leurs auteurs, et à faciliter l’accès de ces derniers à la commande publique.

Dans la poursuite des théories modernistes, les premiers PAN posent la technique et l’industrialisation comme vecteur de l’innovation et du changement. Qu’elle repose sur le béton ou le métal, l’innovation architecturale porte essentiellement sur la recherche de trames complexes et de jeux de volumes aléatoires. L’innovation technique, par les jeux de trames qu’elle autorise, est pensée comme levier du renouveau architectural qui rompt avec le chemin de grue.

Une seconde époque, avec le PAN 7 en 1975, mettra au premier plan les questions de l’environnement urbain et de l’insertion dans la ville qui deviendront les critères incontournables de tout projet innovant. La figure de Bernard Huet s’impose comme référence théorique, alors que Christian de Portzamparc signe les "Hautes formes" ; premier projet dont le dessin urbain rompt définitivement avec le "zoning" au profit des "îlots" que Castex et Panerai avaient posé comme modèles pour un retour à la ville et à ses quartiers.

1981 marque une troisième étape de réflexion en complétant l’approche urbaine par un questionnement renouvelé sur le logement et les modes d’habiter. Présent dès l’origine du Plan Construction, la sociologie des comportements, la question des usages, deviennent des critères centraux d’évaluation de l’innovation architecturale. Le logement redevient une échelle pertinente de réflexion.

Ainsi à partir de la fin des années 80, et la création de "Europan" qui se substituera au "PAN", les trois thématiques, - technicité, urbanité, usage - forment le socle stable à partir duquel le projet architectural s’affrontera, à une échelle désormais territoriale, aux questions de densité et d’environnement.


Sessions

Pan 1 - 1972
57 concurrents, 11 lauréats, 4 mentions - 7 équipes construisent.
Ce premier Pan définit l’objectif du concours dans un contexte de logement social très stigmatisé par la production en série, l’urbanisme du chemin de grue et la monotonie des grands ensembles : c’est un « appel d’idées permanent lancé auprès des maîtres d’œuvre pour favoriser l’innovation architecturale ».

  • Modèle varié (Barentin, Notre-Dame de Gravenchon, L’Isle-d’Abeau) par GEA : Guy André, Guy Breton, Boguslaw Brzeczkowski, Jean-Marc Roques, Sacha Kétoff
  • Village Urbain (Saint Quentin-en-Yvelines) par Jacques Bardet
  • La Ville aux collines (Angers) par Vladimir Kalouguine
  • Entre rue et jardin (Savigny le Temple, Melun-Sénart) par Christophe Lukasiewicz, Vincent Barré
  • Les Grappes urbaines (Toulouse) par Henri-Pierre Maillard, Paul Ducamp
  • La Tour cassée (Epinay-sur-Seine) par Maurice Sokol, Alain Lemetais, Hélène Pellet
  • Un même toit pour chacun (Epinay-sur-Seine, Eragny-sur-Oise, Noisy le-Grand, Livry-Gargan) par Atelier 3 : Philippe Vuarnesson

Pan 2 - 1972
53 concurrents, 6 lauréats, 4 mentions - 3 équipes construisent.
Dans ce Pan domine l’impression que les architectes n’ont pas voulu figer les plans, la volumétrie extérieure ou son architecture. « Les villes doivent être construites par les utilisateurs eux-mêmes ». Outre cette revendication à la liberté d’usage, les architectes semblent chercher une liberté formelle tout en gardant présentes les données qui s’imposent d’industrialisation et de standardisation.

  • Le retour à la ville nouvelle (Torcy Marne-la-Vallée, Bures-sur-Orsay, Marseille, Le Mandinet (Marne-la-Vallée) par Michel Autheman
  • Étage de décompression (Reims) par BCDE : Jean-Claude Bertrand, Bertrand Creuchet, Laurent Debrix, Philippe Dereux, Gérard Egrot
  • Jeu de préfabrication (Chatou) par Georges Pappas, M. Arapoglou, C. Livas

Pan 3 -1973
6 lauréats, 3 mentions - 5 équipes construisent.
C’est le Pan où dominent le proliférant et le combinatoire : un volume à structure indépendante contient un logement et une combinaison savante d’assemblage entre ces volumes. Le maximum d’éléments constructifs est préfabriqué et standardisé.

  • L’intérieur de la trame (Compiègne, Melun-Sénart, Bruay-en-Artois) par Atelier 2A : Archigroup Bernard Héraud, Jean-Yves Hellier, Patrick Colombier, Patrick Magendie.
  • Trames en ville (Givors) par Etra-Architecture : Robert Bernard Simonet, Eric Dubosc, André Le Meur, Philippe Maillard
  • Drôle de trame (Reims) par GRAC : Maurice Prevert, H. Lesetre, Jacques Laemle, Sylvain Riot, C. Bancon, R. Antonelli
  • Industrialisation high Tech (Orres) par Patrick Mazery, Denis Valode
  • Du gradin à la ville (Poitiers) par Christian Simon, Jean-François Verdière

Pan 4-1973
29 concurrents, 5 lauréats, 4 mentions - 1 équipe construit.
La trame encore …

  • Alvéoles (Angers) par Dominique Beau, Laszlo Feher, Michel Orluc

Pan 5-1974
« Habitat en ville moyenne »
47 concurrents ; 6 lauréats et 5 mentions - 4 équipes construisent.
Premier Pan thématique autour de la ville, dans lequel l’intégration au tissu existant apparaît.

  • Vocabulaire urbain (Epinal) par Atelier 13 : Jean-Philippe Loupiac, Yvon Cam, Nicole Roux-Loupiac, Paul Muller Feuga
  • Intégration et indifférence (Saint-Omer) par DLMD Dominique Druenne, Olivier Leblois, Jean-Claude Moreau, J.-Ch. Depaule
  • Terrasses et collectif (Reims) par Christian Ricordeau
  • La structure sous la ville (Evry, Fécamp) par CRHAB - Dominique Bastid, Patrice Bazaud, Michel Gravayat

Pan 6-1974
« Habitat de vacances adapté aux revenus modestes »
123 concurrents ,12 lauréats, 5 mentions - 7 équipes construisent.
Ce PAN propose des recherches sur des cellules minimum, comme des capsules qui peuvent se combiner ou s’associer.

Pan 7-1975
6 lauréats, 4 mentions - 4 équipes construisent.
Cette session marque une rupture avec l’architecture proliférante et le développement des notions d’architecture urbaine et de hiérarchisation des espaces.

  • Rénovation inverse (Beauvais) par Arcane : J.-P. Ansart, F. Cabanat, M. Crouau, M. Naud, G. Saint-Macary
  • Virage urbain (Les Hautes Formes Paris) par Christian de Portzamparc, Georgia Benamo
  • Ordre urbain (Chambéry-le-Haut) par Marina Devillers, François Dugeny, André Fournier, I. Herpin, Léna Perot
  • Duplicité (Angoulème) et Décor de Ville (Marne-la-Vallée) par GAU : Roland Castro, Driss Abdelkrim, Guy Duval, Jean-Jacques Faysse, Lorenzo Maggio, Bernard Ogé, Antoine Stinco avec Antoine Grumbach et Roland Ferry

Pan 8-1976
105 concurrents, 4 lauréats, 2 mentions - 3 équipes construisent.
Après la redéfinition des thèmes urbains des Pan 5 et 7, le Pan 8 se penche sur l’histoire des villes pour en comprendre les formes et y intégrer les processus de « rénovation douce ». La préfabrication apparaît encore à différents niveaux.

  • Un patrimoine domestique (Amiens) par Arba Alain Arvois, Jean Michel, Christina Conrad, Christophe Herst
  • Participatif (Marne-la-Vallée) par Atelier d’architecture et d’urbanisme, Lucien Kroll
  • L’architecte poète (Saint-Denis, Reims) par Bernard Paurd, Edith Giraud, Patrick Germe

Pan 9-1977
« Amélioration des grands ensembles »
3 lauréats, 4 mentions - 3 équipes construisent.
Partant de premiers constats sur la crise des banlieues, le concours s’interrogeait sur la formation des grands ensembles et donnera lieu à une recension de la multitude des problèmes existants. Il déboucha sur une palette de propositions allant du réaménagement discret à la démolition de fragments entiers, tandis que la redensification était suggérée par certaines équipes.

  • Vie sociale (Marseille) par Jacques Boutron, Rainier Hoddé
  • Minimalisme (Reims) par Béatrice Dollé, Christian Labbé
  • Jeunes et jeux (Woippy-Saint-Eloi) par Jacques Etienne, André Scobeltzine

Pan 10-1978
102 concurrents, 3 lauréats, 4 mentions - 3 équipes construisent.
Une sorte de Pan post-moderne avec le retour de l’histoire et du dessin. Doit-on privilégier la qualité architecturale des projets plutôt que leur caractère innovant ? En tout cas, la réflexion devait porter sur l’habitat dans sa totalité.

  • L’angle de vue, précisément (Nancy) par Laurent Beaudoin, Marie Hélène Contal, Christine Rousselot
  • Une histoire contemporaine (Reims) par Philippe Dubois
  • Ville et village (Dammarie-les-Lys) par Bernard Le Roy, Jean-Pierre Feugas

Pan 11-1979
« Franges de bourgs et périphérie de grandes villes »
85 concurrents, 4 lauréats, 4 mentions - 6 équipes construisent.
Le réalisme est de rigueur. Deux tendances complémentaires co-existent, d’une part, la prise en compte de l’existant et de sa population et d’autre part, des tentatives de requalification architecturale.

  • Un nouveau paysage parisien ? (Paris XXe) par Jacques Audren, Denis Lenglart, Françoise Touitou
  • Mi-ville, mi-village (Bschheim) par Pierre Bouché, Claude Denu, Diwi Dreysse, Christian Paradon, Maurice Moritz, René Tabouret
  • Coin de rue (Paris XIXe) par Christine Edeikins avec P. Edeikins
  • Maisons et villes (Le Vaudreuil) par Marylène Ferrand
  • Reconstruction de villas (Gagny) par Jean-Claude Garcias, Jean-Jacques Treuttel, Jérôme Treuttel
  • Auteurs de sur-hauteurs (Reims) par Lipa Goldstein, Serge Goldstein

Pan 12-1982
« Architectures, du logement aux équipements de quartier »
155 concurrents, 8 primés - 4 équipes construisent.
C’est le seul Pan dont la problématique fut l’équipement. Mais alors qu’il devait être question de restituer aux équipements une place significative dans la lecture de l’espace urbain, la question de la création architecturale de la ville a prévalu sur le sens à donner aux bâtiments publics.

  • Histoire de patience (Meung-sur-Loire) par François Dardel, Didier Gallard
  • Mocrocontextuel (Paris XIIIe) par François Leclercq, Fabrice Dusapin
  • L’architecte radieux (Rezé) par Dominique Perrault
  • Cours de ville en formation (Paris XXe) par Patrick Chavannes, Marie Françoise Martin, Pascale Seurin

Pan 13-1984
« Construire la banlieue »
177 concurrents, 10 primés - 6 équipes construisent.
L’analyse urbaine prévaut de manière décisive sur l’analyse programmatique. Il fallait redonner un « sens » aux terrains délaissés, aux opportunités foncières, aux terrains extrêmes. D’un coté, des opérations « douces » qui revendiquent l’intégration dans le tissu. De l’autre, des « points forts » pour redémarrer une dynamique interne.

  • Intérioriser (Fleury-les-Aubrais) par Jean-Louis Berthomieu, Philippe Gazeau, Brigitte Hellin, Hilda Sebbag
  • De l’équipement au logement (Vernouillet) par Patricia Bonitace, Hugues Bosoms
  • Coordination foncière (Vernouillet) par Robert Héritier
  • Le cri de la première oeuvre (Paris XIIIe) par Michel Bourdeau
  • Parcours architectural (Paris XXe) par Frédéric Borel
  • Le sol de la banlieue (Nanterre) par Jean-François Guffroy, Jean-Luc Hesters, Jean-Marc Lefebvre

Pan 14-1987
« Le logement en questions, type, contexte, modification »
144 concurrents 5 lauréats, 5 mentionnés - 4 équipes construisent.
Pour ce dernier PAN, la question est celle des usages individués. Un thème récurrent est celui de la souplesse d’utilisation grâce à des bandes techniques intégrées, des espaces servants minimum, des stockages-rangements. La technologie intégrée fait une apparition.

  • Sortir du placard (Orléans) par Xavier Fabre, Vincent Speller
  • Discrétion et innovations (Reims) par Loïc Julienne, Jean-Marie Mandon
  • Nouvelle technologie ou gain de surface ? (Novéant, Rozerieulles) par Télémaque : Charles-Henri Bruneau, Philippe Butticker, Vincent Delmas, Bruno Duchet, Pierre Péron, Jean Wianowski
  • Le droit au regard (Franconville) par Gilles Roquelaure, Antoine Casanova, James Read

En lien