Avant et après le tourisme, trajectoires post-touristiques et société civile (2016-2017)

publié le 30 mars 2017 (modifié le 18 septembre 2019)

Tandis que certains lieux hérités du tourisme de masse entrent en crise ou bien se transforment jusqu’à « sortir » du tourisme en se rapprochant des lieux « ordinaires », une nouvelle étape d’invention touristique se manifeste, changeant le regard sur les pratiques dans des lieux considérés comme « ordinaires ». Ainsi, des stations se transforment en villes (Stock, Lucas, 2012), tandis que des banlieues populaires s’affirment comme des destinations touristiques émergentes (Gravari-Barbas, Fagnoni, 2013). Ce chassé-croisé entre lieux touristiques et lieux « ordinaires » interpelle tant les acteurs locaux que les scientifiques. Les recompositions en cours de certaines stations anciennement constituées attirent l’attention sur la question, longtemps marginale dans l’historiographie (Knafou, 1996), des « sorties de tourisme ». Inversement, les prémices d’une nouvelle étape d’invention touristique - d’un nouveau “moment de lieu” (équipe MIT, 2005) caractérisé par la paradoxale consécration touristique de lieux ordinaires, en tant qu’ordinaires, alors que traditionnellement l’invention touristique consiste à présenter des lieux jusque-là considérés comme ordinaires comme extraordinaires ? - semblent identifiables hors des hauts lieux touristiques et de leurs Central Tourist Districts, dans les périphéries métropolitaines [notamment à Londres (Maitland, 2010, 2013), New York (Novy, 2011), Berlin (Novy, Huning, 2008) et Paris (Fagnoni, Gravari-Barbas, 2013)], dans les territoires post-industriels (Fagnoni, 2004) et dans certains espaces ruraux. Comment accompagner et/ou susciter ces mutations ? Comment les interpréter ?

Contact au Puca : Martine Vernhes

Responsable scientifique : Maria Gravari-Barbas (EA 7337 EIREST)

L’Equipe Interdisciplinaire de REcherches Sur le Tourisme (EA EIREST 7337) de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne réunit des enseignants-chercheurs et des doctorants sur la thématique du tourisme abordé comme un champ transversal. Les recherches sont structurées en trois axes : « tourisme et métropolisation » ; « tourisme, patrimoine et développement » ; « images, imaginaires, imaginations ». Elle développe une activité importante de séminaires de recherche, de colloques et de publications. Au sein de Paris 1, l’EIREST travaille en étroite collaboration avec la Chaire UNESCO « Culture, Tourisme, Développement ». Elle est l’une des équipes qui porte la revue internationale, transdisciplinaire et multilingue Via@ (http://viatourismreview.com/). L’EIREST est membre du Labex Dynamite.

>> Appel à communications "AVANT ET APRÈS LE TOURISME. Trajectoires post-touristiques et société civile" (format pdf - 560.6 ko - 14/06/2016) et version anglaise Call for papers BEFORE AND AFTER TOURISM The post-tourism future and civil society (format pdf - 388 ko - 13/07/2016)


Cycle de séminaires en 2016-2017

L’entrée dans une ère post-touristique, caractérisée par la multiplication des situations incertaines entre les mobilités touristiques « classiques » et les pratiques du quotidien ainsi que par l’hybridation entre le système touristique et la société civile, invite à reconsidérer les rapports que le tourisme entretient avec les territoires et les sociétés. La proposition de l’EIREST analyse dans ce contexte les processus de mise en tourisme de lieux ordinaires, paradoxe répondant à la quête d’alternatives et/ou de compléments au tourisme de masse ainsi qu’au rôle accordé au tourisme dans les projets de territoires ordinaires. Elle est particulièrement attentive au tourisme de banlieue et aux relations entre mise en tourisme et mise en patrimoine. Elle aborde les sorties du tourisme moins dans une perspective de crise que dans une perspective de contribution du tourisme à la construction des territoires ordinaires, notamment urbains. Les 3 séminaires organisés dans le cadre de ce projet ont été guidés par une méthodologie comparatiste et prospective. Ils s’appuient sur l’expertise développée par l’EIREST, dans le cadre de plusieurs projets qu’elle montés ou accompagnés [accompagnement des pilotes du groupe « Tourisme, culture, aménagement » du CLUB Ville-Aménagement ; organisation du colloque « Le tourisme hors des sentiers battus » ; participation, en cours, au contrat de destination « Paris ville augmentée » ; coordination de l’Atelier de réflexion prospective (ARP) de l’ANR]

Résultats de l’action :

Valorisation :