Chantiers verts (1993-1996)

publié le 11 novembre 2015 (modifié le 8 mars 2017)

Le programme, démarré en 1993 et achevé en 1996, avait pour origine la consultation de recherche et d’expérimentations de 1993 « Produits, techniques et méthodes favorables à l’environnement dans le bâtiment ». Il se situait au croisement de deux thématiques celle du respect de l’environnement développée dans le programme « Écologie et Habitat » et celle d’une meilleure organisation de chantier, thème du programme « Chantier 2000 ».

Les grands thèmes de la consultation étaient les suivants :

  • filières d’élimination des déchets en construction neuve ;
  • maîtrise de la production des déchets en construction neuve ;
  • pré-tri des déchets en construction neuve ;
  • réduction des nuisances acoustiques ;
  • pour de meilleures relations avec les riverains ;
  • gestion des déchets et relations avec les occupants en réhabilitation ;
  • réduction de la pollution des sols et des eaux ;
  • maîtrise de diverses nuisances.

Contact : Christophe Perrocheau


Synthèse des résultats

Les Réalisations EXpérimentales (REX) ont montré le rôle central du maître d’ouvrage qui dans la phase de programmation planifie ses cibles et met en place une concertation, notamment un dialogue avec les riverains. La volonté du maître d’ouvrage se traduit dans le choix du maître d’œuvre qui aura un rôle spécifique (extension de la mission dans le cahier des charges) de suivi environnemental pendant toute la durée du chantier notamment quand interviennent les entreprises sous-traitantes. Les attentes du maître d’ouvrage doivent être inscrites dans la consultation des entreprises (DCE et documents contractuels).

L’introduction de prescriptions environnementales dans le cahier des charges transfère aux entreprises des exigences qu’elles doivent respecter ce qui suppose une adaptation de leurs méthodes de travail et de leur organisation, y compris les sous-traitants, en associant le personnel. Cela implique également une préparation plus complète des projets, et une préparation de chantier menée avec soin et concertation pour bien articuler technique de construction et réduction des nuisances et gestion des déchets.

Si des progrès furent enregistrés sur les REX, plusieurs points restaient à approfondir sur :

  • les matériels et les équipements (intérêt acoustique, réduction des poussières) ;
  • le développement de filières de valorisation des déchets accompagnant le tri effectué sur les chantiers ;
  • les produits de construction en incitant les industriels à développer des produits favorables à l’environnement, des produits et emballages recyclables ou faciles à éliminer ;
  • la logistique et l’organisation, la formation des compagnons. Un module gestion de l’environnement dans les formations initiales des métiers du bâtiment.

Réalisations EXpérimentales

Besançon : un plan environnemental pour la gestion des nuisances

  • 118 logements collectifs en 4 bâtiments au sud-ouest de Besançon (ZAC la Planoise).
  • Améliorer l’environnement du chantier par une réduction des nuisances (acoustique, gênes pour la circulation et les riverains, poussières, pollution des sols et des eaux) et par la gestion des déchets. Élaboration d’un plan environnement pendant la préparation de chantier et d’un cahier des charges chantier vert. Intégration de ce dernier dans le cahier des prescriptions communes générales des futures opérations.

Bordeaux : pour une réduction des nuisances acoustiques

  • 115 logements collectifs en 6 bâtiments situés dans un nouveau quartier de Bordeaux.
  • Réflexion particulière sur la lutte contre le bruit, réduction de la production de déchets, suite à une analyse des filières locales d’élimination, pré-tri sur chantier et valorisation.

Chambéry : maîtrise et valorisation des déchets de chantier

  • Immeuble neuf en zone péri-urbaine, 40 logements collectifs.
  • Maîtriser la production de déchets à la source et trier sur le chantier, en vue d’une valorisation après avoir analysé les filières locales existantes. Autres actions : déconstruction du bâtiment préexistant, utilisation d’une colle sans solvant, réduction des nuisances visuelles et protection du chantier.

Hellemmes : réduire les nuisances avec les riverains

  • Immeuble neuf dans la proche banlieue de Lille, 37 logements collectifs.
  • Chantier très contraint avec une école maternelle et des centres de soin à proximité. Identification des nuisances et réflexion avec les riverains pour les limiter.

Lille : maîtrise et pré-tri des déchets de chantier

  • Immeuble de 40 logements dans un quartier destiné à être redynamisé.
  • Réduction de la production de déchets à la source, organisation du tri, motivation des acteurs, notamment des sous-traitants.

Montpellier : optimiser et valoriser les déchets

  • 9 bâtiments soit 574 logements répartis sur 69 cages d’escalier à réhabiliter.
  • Optimisation de la qualité et du coût du tri des déchets. Tri réalisé à la source qui a bénéficié de l’implantation d’une vaste aire (1000 m2) au cœur du chantier et de l’existence de filières locales de traitement et de valorisation des déchets générés en quantité importante.

Nevers : maîtrise des nuisances pour les locataires et valorisation des déchets

  • 124 logements sociaux, opération en site occupé.
  • Attention particulière portée aux relations avec les locataires et à la maîtrise des nuisances provoquées par la réhabilitation. Précautions d’autant plus importante que les occupants étaient en majorité âgés et présents depuis la construction de la cité en 1951. L’expérimentation a porté également sur le tri et la valorisation des déchets en visant un surcoût nul à l’échelle du chantier.

Tourcoing : réduction des pollutions induites par les huiles de décoffrage

  • Immeuble neuf de 61 logements en centre ville.
  • Réduire les pollutions induites par les huiles de décoffrage, la ressource souterraine en eau étant abondante mais très vulnérable dans le Nord Pas-de-Calais. Utilisation d’une huile moins nocive et expérimentation d’une peau coffrante sans huile.

Villeurbanne : réduction des nuisances acoustiques et gestion des déchets

  • Immeuble de 113 logements neufs à l’est de Villeurbanne le long d’un axe à forte circulation.
  • Réduire l’ensemble des nuisances générées par un chantier en site urbain, et plus particulièrement limiter les nuisances sonores et gérer les déchets. Recherche d’une amélioration des conditions de travail du personnel, en termes de moyens logistiques et de sécurité.

Voglans : pré-tri des déchets de chantier

  • 3 groupes de bâtiments regroupant 40 logements neufs.
  • Approfondissement du thème de la gestion des déchets de chantier, au préalable une action de démontage et de pré-tri des déchets en phase de démolition a également été expérimentée.

Wambrechies : maîtrise et pré-tri des déchets de chantier

  • Limiter la production de déchets en optimisant la mise en œuvre par le calepinage des doublages isolants. Les PME ont été associées à l’expérimentation par la rédaction d’un cahier des charges « chantier vert » adapté à ce type de structure.

En lien