Des marges au centre - Mettre le respect au coeur de relations métropolitaines

publié le 3 mai 2022 (modifié le 16 mai 2022)

Les conférences POPSU, 2021, 37 p.

Conférence prononcée, dans une version initiale, lors du colloque sur les complémentarités territoriales, « Pour des métropoles résilientes. Métropoles en transitions cherchent
trajectoires territoriales », qui s’est tenu les 21 et 22 janvier 2021.
Ces deux journées ont permis des échanges sur la mise en place d’un nouveau récit métropolitain grâce aux transitions, et à la définition de nouvelles figures des métropoles. Au-delà d’une mission de complémentarité entre la métropole et les territoires qui l’environnent, et de réciprocité dans leurs échanges, les interrelations conditionnent le fait métropolitain lui-même, alors que l’action publique paraît dans la tourmente.
Cette conférence interroge la place des marges métropolitaines dans le gouvernement des métropoles. Quels sont les nouveaux défis qui se posent aux métropoles pour faire place aux
initiatives citoyennes ?

La relation métropolitaine fait face à un double enjeu : celui de la qualité des relations institutionnelles et celui du ressenti citoyen.
Non pas le ressenti citoyen sur le bien-fondé des différentes instances de la gouvernance métropolitaine, ou la fluidité dans le dialogue entre les différents niveaux de collectivités.
Mais le ressenti des citoyens habitant aux marges des territoires métropolitains quant à leur place dans la collectivité métropolitaine et au regard qui est porté sur eux.
Or ces citoyens expriment une double lassitude lorsque leurs lieux de vie choisis se transforment en lieux sans vie : une lassitude face à un sentiment lancinant de manque de considération et une lassitude face à la dégradation de leurs conditions de vie au niveau local.