Journée d’études L’intelligence des chantiers - 23 janvier 2019

publié le 4 mars 2019

De nombreux corps de métiers peuplent le chantier. Ils concrétisent le projet de l’architecte, le dessein du maître d’ouvrage, les études des ingénieurs. L’échange entre constructeurs et concepteurs réinterroge sans cesse la relation entre la main et l’esprit. Cette journée a été organisée dans le cadre de l’exposition "L’art du chantier, construire et démolir du 16e au 21e siècle".

Régi par des contrats, le chantier demeure cependant un espace d’invention, d’adaptation et d’arrangement entre ces intelligences. Mais les récentes transformations, dont la transition numérique, esquissent de nouveaux rapports aux structures et à la matérialité, exigent des réponses innovantes. Tandis que le chantier relève encore et toujours de l’empirique, ces bouleversements appellent réflexion. Qui fait loi sur le chantier ? De nouvelles règles du jeu émergent-elles ? Ou de nouvelles cultures de chantiers ?

Au tournant du XXIe siècle, en réaction aux innovations techniques, le débat sur une standardisation de l’architecture – en particulier sur sa forme – reprend vie. Parallèlement, la transition numérique et la transition environnementale ont ré-ouvert des espaces d’innovation dans la conception, en particulier pour la matière et la fabrication des matériaux et leurs mises en œuvre. Cette première séquence examine comment l’expérimentation, le prototypage, ont-ils permis, hier, d’assurer le montage de structures complexes, d’inventer de nouveaux assemblages et comment cet héritage permet aujourd’hui d’aborder un nouveau rapport aux matériaux et à la matérialité ?

Conférence : Marc Mimram, architecte, ingénieur, professeur à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de la ville et des territoires

Table ronde : Stéphane Berthier, architecte, maître de conférences, Ecole nationale supérieure d’architecture de Versailles Yvan Delemontey, architecte, enseignant à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) Valérie Nègre, historienne, professeur des universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Modératrice : Marie-Hélène Contal, architecte, directrice du développement culturel, Cité de l’architecture & du patrimoine

Fer de lance de la révolution numérique des chantiers, la maquette numérique tend à s’imposer comme la réponse à tout. Une somme d’évolutions advient en corollaire : fabrication et assemblage des composants en usine, nouveaux outils de visualisation en trois dimensions (réalité augmentée et réalité mixte…), nouveaux logiciels… Mais cette révolution ne se fait pas sans difficulté, ni dysfonctionnement. Les points de blocage demeurent nombreux, à commercer par l’interopérabilité des données. Les collaborations ne vont pas de soi entre acteurs professionnels, pourtant présentés comme assurant de nouvelles organisations coopératives. Dans ce contexte qui va du tout numérique à l’abandon des outils traditionnels, une troisième voie se dessine : celle d’une hybridation entre technologie et outils traditionnels, d’un bricolage des technologies qui présente de nouvelles pistes pour penser le chantier.

Conférence : Philippe Rahm, architecte, maître de conférences à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Versailles, professeur invité à Harvard University.

Table ronde : Jean-François Coulais, géographe, professeur à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Malaquais Emmanuel Di Giacomo, architecte, responsable des écosystèmes BIM Europe, Autodesk Hélène Peskine, architecte, secrétaire permanente du Plan urbanisme construction architecture Bernard Vaudeville, ingénieur, professeur à l’Ecole des Ponts Paris Tech, directeur associé de T/E/S/S Modérateur : Jean-Philippe Hugron, rédacteur en chef Le Courrier de l’architecte

Le chantier d’architecture – dans sa pratique courante ou exceptionnelle – relève toujours d’une démarche empirique et spécifique. Situation paradoxale, alors que le chantier ne représente plus aujourd’hui qu’une faible part du temps d’un projet, et que les gestes les plus présents, fondés sur un savoir-faire, sont transmis sans être réinterrogés quant au contexte en forte mutation. Toutefois, pourquoi le chantier reste-il un espace de création et d’innovation ? Comment de nouvelles formes d’organisation des chantiers prennent-elles place au côté des nouveaux outils ? Comment l’élargissement des cadres de la conception peut-il contribuer à rendre plus efficient l’organisation des projets ?

Conférence : Luc Weizmann, architecte, agence Luc Weizmann Architecte et associés

Table ronde : Bénédicte Danis, ingénieur, directrice générale adjointe, Setec Bâtiment Benoit Lapostolle, ingénieur, directeur de chantier, Eiffage Travaux publics Jean-Marc Weill, architecte, ingénieur C&E ingénierie des structures, professeur à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de la ville et des territoires. Modérateur : Jean-Baptiste Marie, architecte, maître de conférences à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Clermont-Ferrand, directeur de programme au Plan urbanisme construction architecture, Commissaire scientifique du colloque.

En savoir plus sur la journée d’études organisée à la Cité de l’architecture et du patrimoine