Vieillissement et de la population et habitat

publié le 15 mai 2019

En France et en Europe, le vieillissement de la population est une réalité démographique et sociale. Quelles que soient les hypothèses retenues sur l’évolution de la fécondité, des migrations ou de l’espérance de vie, d’après les projections de l’INSEE (chiffres 2016) jusqu’en 2040, la proportion de personnes âgées de 65 ans ou plus progressera fortement. A cette date, environ un habitant sur quatre aura 65 ans ou plus, soit 25,6 % de la population totale (contre 18,4 % en 2015) . Et en 2070, la France pourrait compter plus d’une personne âgée de 65 ans ou plus pour deux personnes âgées de 20 à 64 ans.
Les transformations sociales, économiques et politiques induites par le vieillissement de la population sont telles qu’il est fondamental de les appréhender dès à présent pour mieux répondre aux nouveaux modes de vie et besoins qui en résulteront dans de nombreux domaines.
Or, certaines questions posées par la dépendance, la vulnérabilité, la faiblesse des ressources financières ou la mobilité des personnes âgées, et les réponses qui leur sont spécifiquement apportées en termes de services (santé, commerces, administration…), de transport, d’accessibilité, de logement et d’aménagements urbains mériteraient d’être encore plus investies par le monde de la recherche.
Pour ce qui concerne le logement, actuellement, malgré la possibilité d’aménagements spécifiques assorties de services à domicile, quand il n’est plus possible de vieillir chez soi, l’alternative la plus fréquente est l’accueil en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD).
Parallèlement, ces dernières années on a vu apparaître de nouvelles solutions de logement, parfois innovantes, du type petits collectifs offrant des services, destinées spécifiquement à un public âgé ou visant à mixer les générations.
Mal connues du grand public et encore peu développées, ces initiatives représentent pourtant une alternative entre le domicile personnel devenu contraignant (non accessible, trop grand, coûteux en entretien, vecteur d’isolement…), et l’accueil en hébergement institutionnel qui, quant à lui ne fait pas toujours l’unanimité et où les places sont rares et onéreuses dans certains territoires.
Compte tenu de la diversité et de l’importance des besoins à venir, un éclairage sur ces solutions alternatives gagnerait à être fait car selon leur pertinence, leur déploiement pourrait potentiellement étoffer les solutions de logements adaptées au vieillissement de la population.

Lancement de l’action

Le PUCA avec le concours du Cerema a démarré en 2018 un travail de repérage et d’inventaire des initiatives innovantes très variées.
Les principaux partenaires du secteur du vieillissement et de la construction sont associés : CNSA, CNAV, DGCS, USH, RFVAA, CCMSA, DHUP, UNCCAS,Habitat et Humanisme, Les petits frères des pauvres, …).

L’objectif est la tenue d’une journée séminaire et échanges d’expériences fin 2019. Celui-ci sera axé sur les conditions de développement de ces différentes solutions tant sous l’angle de la nature du bâti, du modèle économique que de l’intensité de l’accompagnement adapté des personnes.

Responsable : Marie Gaffet