Cahiers expérimentation

 

Cette collection rend compte des résultats des opérations de construction lancées dans le cadre des programmes d’expérimentation. Ces cahiers sont issus des évaluations mises en place sur chaque opération. Sont plus particulièrement analysées, les limites et/ou avancées constatées, ainsi que les conditions de reproductibilité de l’expérience.

Tous les ouvrages sont téléchargeables.

 
 
 

LQCM - La démarche Habiter aujourd’hui

publié le 28 mai 2001 (modifié le 3 décembre 2015)

Robert Aiello - Ed. Puca - 8 pages

  (nouvelle fenetre)

La démarche a reposé sur des échanges entre trois maîtres d’ouvrage sociaux à partir d’objectifs communs ou d’enjeux locaux plus spécifiques :

  • offrir un logement à des familles dont les ressources ne permettent pas d’assurer le paiement d’un loyer et des charges relevant d’un logement normal en 1996, tout en favorisant une mixité sociale des opérations ;
  • optimiser les coûts de construction et d’exploitation ;
  • offrir un maximum d’espace utilisable aux locataires ;
  • maintenir, voire améliorer, la qualité technique des immeubles et des logements au regard des standards habituel.

Elle a donné lieu à une réflexion autour d’un “ concept ” d’habitat, adapté aussi bien aux maisons individuelles groupées qu’aux immeubles de logement collectifs en site urbain. Ce “ concept ” associe une logique de construction économique et cohérente entre les différents types d’habitat. Il permet une grande flexibilité et une optimisation des surfaces à partir d’un parti constructif de type “ plateau libre ” et de l’utilisation de produits industriels appropriés et sélectionnés ou même créés, préalablement aux opérations, avec des partenaires industriels.

Le “ concept ” autorise des choix de modes constructifs diversifiés, tels que la “ filière gros œuvre traditionnelle ” adaptée aux moyens et savoir-faire des petites entreprises locales ou la “ filière sèche ” en structure métallique ou en béton armé “ B.A ”.

 

Chantier 2000 - Une nouvelle approche de la réhabilitation

publié le 2 mai 2001 (modifié le 3 décembre 2015)

Patrick Martin, Betrec - Ed. Puca - 19 pages

  (nouvelle fenetre)

L’expérimentation de Chelles proposait un nouveau schéma de définition et de préparation des travaux de réhabilitation en logements occupés selon le modèle de l’ingénierie concourante.

Il s’agissait de tester une nouvelle combinaison des séquences programmation-conception préparation de chantier afin d’intégrer en phase amont les conditions avales d’intervention. L’objectif était de trouver des arbitrages répondant à la double contrainte de gêne engendrée par les travaux pour les habitants et de continuité des objectifs initiaux du maître d’ouvrage en phase travaux.

L’expérimentation devait aussi permettre d’enrichir le programme d’une dimension organisationnelle et économique dès le diagnostic préalable de l’opération.

 

Chantier 2000 - Approvisionnements et logistique

publié le 27 mars 2001 (modifié le 3 décembre 2015)

J-C. Mangin, Esigec - Ed. Puca - 26 pages

  (nouvelle fenetre)

L’expérimentation consistait en la mise en œuvre de solutions d’approvisionnement nouvelles dans le but d’améliorer qualité et productivité. L’étude a été menée sur des familles de produits en considérant leur cycle de vie complet : commande, colisage, transport, manutention, stockage et mise à pied d’œuvre.

En phase chantier, le principe méthodologique retenu pour les approvisionnements s’est traduit par l’installation de tours de déchargement et l’utilisation de la grue de gros œuvre. Les mises à pied d’œuvre étaient assurées par les compagnons depuis les plates-formes de déchargement. Les lots concernés par l’expérimentation étaient les menuiseries extérieures et les cloisons-doublages.

 

LQCM - La démarche Demain mon logement

publié le 28 septembre 2000 (modifié le 3 décembre 2015)

José Demont, Cete Nord-Picardie - Ed. Puca - 12 pages

  (nouvelle fenetre)

Trois acteurs : architecte, maître d’ouvrage et entreprise, indissociables dans l’élaboration de la réflexion, ont affiché leur volonté de réunir trois métiers différents pour repenser l’organisation de la réalisation d’opérations LQCM.

La recherche de la qualité était au départ plus affichée que celle du juste coût mieux maîtrisé. Pour le maître d’ouvrage, la qualité d’un logement dépend du jugement du locataire ; d’où une première réflexion sur le client locataire, seul à même de décerner un label qualité aux opérations. La maîtrise d’ouvrage a en particulier cherché à identifier ceux qui ne pouvaient accéder à son parc et a rencontré à cet effet divers interlocuteurs de la municipalité et de la communauté urbaine.

L’action visait à optimiser le rapport qualité-prix en maintenant la qualité et en diminuant le prix. La recherche de qualité d’usage dans le cadre d’une réduction de coûts a conduit à une réduction des surfaces et à une réduction de 30% de la quittance loyer-charge.

Visant une bonne intégration des réalisations dans le tissu urbain, les façades et hauteurs d’immeubles devaient pouvoir s’adapter à chaque site. Le maître d’ouvrage a donc plutôt adopté un principe de construction qu’un modèle et une structure constructive, afin de réaliser indifféremment des immeubles de hauteur variée. Par ailleurs, la rentabilité de l’habitabilité et des trames des immeubles ont été privilégiées, une diminution des surfaces de logement obligeant à un rendement maximum de ces surfaces.

 

LQCM - Le schéma Directeur de Projet

publié le 28 septembre 2000 (modifié le 3 décembre 2015)

Marc Gibert, Cete de Lyon - Ed. Puca - 27 pages

  (nouvelle fenetre)

Cette expérimentation, qui regroupait les trois OPAC de l’Isère, du Rhône et de la Savoie, avait pour ambition de renouveler le métier de maître d’ouvrage d’une part dans la définition du programme et, d’autre part, dans l’articulation avec la maîtrise d’œuvre. Il s’agissait d’une démarche de management de projet présentant deux composantes principales : le management de projet interne à la maîtrise d’ouvrage ; l’articulation entre la maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre.

Par management de projet interne à la maîtrise d’ouvrage, on entendait toutes les procédures et interrelations entre les différents services de l’office, de manière à obtenir une construction neuve optimisée, tant dans sa conception que dans son exploitation. Par articulation entre maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre, on entendait un renouvellement de la commande garantissant une conception conforme aux exigences nouvelles de la production de logement social.