Catalogue [Ré]aménager la ville inondable

publié le 10 mai 2022

Face aux nouveaux défis climatiques, environnementaux, humains et économiques, nous devons innover, repenser globalement l’aménagement du territoire, l’urbanisme et la prévention des risques naturels. Mais nous devons surtout changer de paradigme pour intégrer les risques naturels et les enjeux écologiques dès la conception des projets, pour qu’ils ne soient plus considérés comme une contrainte à traiter uniquement en fin de parcours. Ces enjeux peuvent être sources d’innovation architecturale ou urbanistique ; les solutions fondées sur la nature doivent en ce sens être systématiquement envisagées. Ces innovations ne peuvent se trouver qu’au plus près des territoires en associant les élus locaux d’abord, pour leur connaissance fine du terrain et leur rôle en matière d’aménagement, de prévention des risques et de gestion de crise, mais aussi l’ensemble des professionnels de l’aménagement et de l’urbanisme.

C’est dans cet objectif que le concours d’idées AMITER, organisé par le PUCA, la Direction générale de la prévention des risques et le CEREMA, a été conçu : répondre au besoin de renouvellement urbain de territoires volontaires, en réduisant leur vulnérabilité aux risques et en faisant du risque un levier d’innovation. 43 collectivités se sont portées candidates, témoignant ainsi de l’importance de l’enjeu posé par les thématiques du concours mais également de la mobilisation des élus sur la recherche de solutions pour y répondre.

Neuf sites ont été retenus, représentant une grande variété de territoires. Comme les élus, les professionnels ont répondu présents avec 91 équipes candidates caractérisées par leur composition pluridisciplinaire : architectes, paysagistes, urbanistes, hydrologues. Les 64 équipes retenues ont travaillé sans ménager leurs efforts pour proposer des solutions innovantes. Leurs propositions, présentées dans ce catalogue, ont visé un large éventail de domaines, comme la renaturation des cours d’eau afin de leur redonner un espace de fonctionnement plus naturel, le développement de la culture du risque, la redéfinition du rôle des espaces publics, des formes urbaines, de l’architecture. Le fonctionnement des sites pendant et après des évènements comme l’inondation a été particulièrement travaillé pour renforcer la résilience des territoires.

Informations : Lisa Llambrich


Télécharger :