Villes et inondations : prévention, adaptation et résilience

publié le 21 novembre 2014 (modifié le 12 janvier 2015)

Entre le changement climatique, les pressions démographique et urbaine et le souci d’une mise en valeur récréative et environnementale des zones inondables, les injonctions contradictoires ne manquent pas. Cette situation entraîne l’ouverture de débats sur l’acceptabilité de la construction et plus largement sur les modalités de l’aménagement en zone inondable. L’urbanisation dans ces zones constitue un axe de réflexion complexe, qui met en jeu des plans de prévention des risques s’inscrivant dans un objectif de protection des biens et des personnes et la volonté de trouver un nouveau développement pour la ville. De nombreuses questions se posent aux concepteurs, aux acteurs publics et privés, mais aussi aux chercheurs. Pour réduire leur vulnérabilité, les villes doivent-elles limiter les espaces bâtis ou penser autrement l’organisation et l’usage de ces espaces ? Entre normes et réglementation, adaptabilité et réversibilité, recherche et innovation, comment les projets architecturaux et urbains se structurent-ils et comment aident-ils à reconfigurer la ville dans la perspective d’un développement durable ? Quelles recompositions paysagères et architecturales peuvent aider à gérer les risques d’inondation en intégrant les impératifs environnementaux ?
Quelles nouvelles stratégies permettent de penser la conception urbaine.
Les séminaires organisés par POPSU Europe avec collectivités locales et chercheurs pluridisciplinaires montrent que l’on assiste progressivement à un changement de paradigme : d’une stratégie de maîtrise de l’eau par des dispositifs techniques sans cesse plus sophistiqués, les projets urbains innovent désormais afin « d’accepter l’eau » et d’en faire un élément d’attractivité du territoire. Les collectivités locales se trouvent « naturellement » au cœur de ces nouvelles stratégies de gestion du risque.


Télécharger :