Haut de page

Contenu

Le hors champ de la production urbaine

publié le 21 janvier 2015 (modifié le 8 juin 2017)

La répétition des crises (écologiques, sociales, financières…), la montée des incertitudes, la défiance croissante des citoyens vis-à-vis des pouvoirs publics, les nouvelles controverses, conduisent à une reconfiguration des rapports experts/profanes et imposent de repenser les modalités de l’action publique dans les champs de l’urbanisme, de l’aménagement et du logement. Dans ce contexte de mutation, le Puca entend être un opérateur d’analyse de cette rupture et le promoteur d’expérimentations d’alternatives. Pour cela, peut-être faut-il commencer par s’intéresser au « hors champ de la production architecturale et urbaine », c’est-à-dire aller regarder à côté de ce que l’on promeut et/ou analyse traditionnellement (les éco-quartiers, les grandes opérations d’urbanisme), s’écarter du "réverbère" de l’action publique, autrement dit du côté de la ville ordinaire, de l’innovation à bas bruit, des alternatives singulières et des projets dont les résultats ne sont pas connus à l’avance.
Dans cet objectif, le Puca mène un travail sur la question spécifique du renouvellement des initiatives citoyennes et de l’implication des habitants et usagers dans la fabrique de l’espace urbain. La mise à l’agenda des questions d’empowerment combinée à la ré-émergence de formes participatives de conception de l’habitat nous invitent à lancer une démarche d’observation des pratiques locales émergentes afin de comprendre quels sont leurs apports, leurs limites, et au fond leur contribution à une certaine forme d’évolution de l’action publique.
Le programme de recherche-action « Hors champ de la production urbaine » a été lancé en 2014. Après avoir effectué un repérage des initiatives innovantes mené par des collectifs pluridisciplinaires (architectes, urbanistes, artistes, sociologues), le Puca soutient huit démarches locales innovantes avec pour exigence la modification/création d’espaces urbains ; des formes de participation et d’implication habitantes accrues ; des modes d’intervention innovants ré-interrogeant la linéarité de l’action publique et qui comprennent une dimension réflexive ou évaluative convaincante pour permettre une montée en généralité.

Contacts :
Bertrand Vallet, François Ménard, Michel Lefeuvre
Chargée de valorisation : Bénédicte Bercovici


Les huit recherche-actions

  • Valorisation des espaces libres et promotion d’initiatives habitantes à Toulouse Bagatelle Le Puca a lancé, avec la ville de Toulouse, une recherche-action visant à valoriser les espaces libres d’un grand ensemble et à promouvoir des initiatives habitantes (économiques, culturelles, agricoles) qui pourraient prendre place au sein de ces espaces publics. La ville a identifié dans le cœur de quartier Bagatelle un certain nombre de « parcelles initiatives » sur lesquelles des projets d’habitants du grand ensemble pourront prendre place. Une équipe pluridisciplinaire est chargée d’identifier les conditions sous lesquelles de telles initiatives pourraient voir le jour pour ensuite les expérimenter. L’équipe sera chargée de réfléchir aux conditions sociales, économiques et pratiques d’utilisation de ces « parcelles initiatives » : quels besoins/projets des habitants ? Quelle nature d’activités peut–on imaginer ? Quel montage juridique adéquat pour mettre à disposition des porteurs de projet un terrain ? Quels acteurs économiques peut-on associer à la démarche ? Quelle régulation et mode de gouvernance de ces espaces ? Comment « impulser des dynamiques et accompagner » les personnes ou associations bénéficiant de telles opportunités ? Résultat du jury "Valorisation des espaces libres et promotion d’initiatives habitantes - Toulouse" (format pdf - 60 ko - 03/02/2015) - Rapport Les parcelles d’initiatives du parc de Bagatelle de Toulouse Peut-on construire les usages d’un espace public à partir d’initiatives habitantes ? (format pdf - 3.8 Mo - 08/06/2017) Céline Loudier-Malgouyres, Réussir l’Espace Public - 2016, 69 p.
  • Co-programmation d’un projet de rénovation urbaine avec des urbanistes en résidence (Clermont-Ferrand, Université Foraine) La ville de Clermont-Ferrand dispose d’un vaste terrain actuellement inoccupé dans le quartier de la Gauthière. Le programme initial de rénovation s’étant heurté à une forte opposition des habitants, l’équipe municipale a souhaité co-construire avec les habitants les éléments du programme d’équipement pressenti (pôle petite enfance, pôle médical, pôle info-service au sein d’un large espace paysager à vocation de parc promenade). Son idée est de venir enrichir l’esquisse de programme grâce à une enquête de terrain alternative, donnant voix aux moins audibles. L’expérimentation prend ainsi le contrepied des processus classiques d’aménagement : elle tient à s’éloigner de la figure de l’expert distant et du modèle de la réunion publique présentant des scénarios déjà établis aux habitants. A contrario, le tissage de relations est au cœur de la démarche proposée : les deux conceptrices en charge opérationnelle du projet résident et travaillent sur le site. « Habitantes (presque) comme les autres », elles recueillent la parole de la population de maintes façons, formelles et informelles. La démarche est mise en oeuvre par l’Université Foraine et l’association qui la porte, Notre Atelier Commun. Rapport "L’université foraine de la Gauthière, décembre 2014"
  • Atelier Populaire d’Urbanisme et community organizing de la Villeneuve à Grenoble L’atelier populaire d’urbanisme a été créé par des habitants en décembre 2012 dans le grand ensemble emblématique de la Villeneuve à Grenoble, longtemps considéré comme "un modèle urbanistique et social". Il s’inscrit dans la continuité d’une expérimentation des méthodes du « community organizing » menée par l’association ECHO à partir de 2010, dans une démarche de contestation du projet de rénovation urbaine porté par la municipalité et de co-élaboration d’un projet alternatif (le "projet urbain stratégique et démocratique" élaboré en 2013). L’objectif premier des ateliers populaires d’urbanisme est de dépasser la simple opposition à la rénovation urbaine pour construire des alternatives à des dispositifs descendants en associant les habitants et acteurs associatifs et économiques du quartier à la démarche de rénovation urbaine. Il s’agit à la fois d’élargir le cercle des personnes qui participent à la production de l’urbain, de produire des savoirs réflexifs sur les limites de la production urbaine traditionnelle et d’expérimenter des méthodes alternatives inspirées de l’advocacy planning. Première expérience innovante de "community organizing à la française", l’expérience grenobloise devrait également permettre de nourrir les débats en cours sur la politique de la ville. Ouvrage "Plaidoyer pour Villeneuve - Pouvoir d’agir et planification démocratique face à la rénovation urbaine de l’Arlequin" - 228 p. Edition du Puca, collection Recherche
  • Une démarche de conception/gestion d’un espace public en friche par les habitants usagers (Saint-Etienne) Depuis 2010, l’association "Carton Plein" regroupant architectes, urbanistes et sociologues assure la gestion et l’animation d’un espace public temporaire et expérimental de 2000 m2 au cœur de Saint-Etienne : La Cartonnerie. Sous l’impulsion de l’Établissement Public d’Aménagement Saint-Etienne (EPASE), l’association a réalisé de nombreux évènements et aménagements provisoires en impliquant les citoyens et les structures locales. L’association a conçu et mis en œuvre un dispositif d’intermédiation entre des acteurs très différents (les aménageurs, la collectivité, les citoyens, les voisins, les militants…). Cette expérimentation, dont le succès local est avéré, interroge les modes de conception du projet urbain, leurs temporalités et les modalités d’implication des usagers. Elle questionne en particulier les modes de faire de l’EPASE et de la ville. Un ouvrage rendant compte de cette expérience est en cours de préparation et sera publié en 2016. Ouvrage "La Cartonnerie - Expérimenter l’espace public - Saint-Étienne 2010 > 2016" - 304 p. Edition du Puca, collection Recherche - Pour une information sur les activités de la cartonnerie : http://lacartonnerie.blogspot.fr/
  • Accompagnement de SCI-APP sous forme de coopératives d’habitants dans le Sud-Ouest Cet accompagnement (élaboration de statuts, veille juridique et réglementaire, accompagnement pédagogique) concerne des projets engagés il y a quelques années lors de la création du statut de SCI-APP (Société civile immobilière d’accession progressive à la propriété) et qui n’avaient pu aboutir en raison d’incertitudes juridiques aujourd’hui levées. Stéphane Gruet A.E.R.A, 2015 Mise au Point opérationnelle de l’habitat coopératif en SCI d’Accession Progressive à la Propriété, rapport final (format pdf - 476 ko - 25/05/2016) - Résumé (format pdf - 197.2 ko - 15/02/2016) - Annexes (format pdf - 2.2 Mo - 15/02/2016) -
  • Evolution des représentations et amélioration des conditions de vie dans deux bidonvilles en Essonne L’action menée avec l’association PEROU sur les bidonvilles de Ris-Orangis et de Grigny, vise à changer de paradigme, ce que l’association formule de la manière suivante « construire vaut mieux que détruire ». Cela s’est traduit en particulier par l’installation d’une « ambassade » dans le bidonville, l’organisation d’événements culturels et la participation avec des architectes et des artistes à l’amélioration concrète des conditions de vie. D’un point de vue plus général, cette expérimentation se propose d’accepter les campements et de les transformer en lieux dignes afin d’en examiner les potentialités d’insertion, plutôt que de chercher à tout prix l’évacuation. Le Puca soutient la dimension réflexive et la production d’une analyse sur l’expérience menée. Rapport du PEROU « Partir du bidonville. Une micro-expérimentation constructive », 2015 - Fiche-Résumé du rapport (format pdf - 39.6 ko - 18/06/2015) - Annexes du rapport
  • Le travail à Rennes sur la co-production "incrémentaliste" de la programmation architecturale et urbaine Il s’agit d’animer une fiche urbaine, dans le temps long, et de concevoir avec les acteurs locaux (universitaires, habitants, associatifs, pouvoirs publics…) un projet "d’occupation" des sites proposés par la collectivité locale. Rapport L’Université foraine occupe 2014 et devient l’hospitalité (format pdf - 18.5 Mo - 03/08/2015) - Notre atelier commun - 2015 - Cote PUCA 1755

Valorisation : documents, vidéos et audios en lien avec le programme

  • Interview de Antoine Houël, coordinateur de l’association îlink - 9 février 2016 sur SUN Radio

Autres actions en lien avec le programme

  • Le « théâtre mobile TMob » est un programme de coordination culturelle appliqué aux temps et aux espaces de l’aménagement urbain. Ayant vocation à s’implanter au cœur d’un chantier d’envergure, la « structure nomade » proposée visera à expérimenter un lieu multifonctionnel (base-vie de chantier, scène artistique, hôtel d’entreprises et plate-forme citoyenne) et à renouveler les approches strictement techniques de la gestion de chantier. TMob fédère les acteurs d’un territoire autour d’un lieu de vie commun aux ouvriers du bâtiment, aux artistes en résidence, aux entrepreneurs, aux commerçants, aux représentants institutionnels, aux associations et aux habitants. Pour plus d’informations : www.labomob.eu
 
 

Pied de page