Regards sur les zones d’activités économiques

publié le 27 avril 2021 (modifié le 28 avril 2021)

Collection Images : cahier n°11

Regards sur les zones d’activités économiques
Document de photographies
Document PDF à télécharger, 116 p., Puca, avril 2021

Vu du Puca, le concours photographique organisé par le collectif Point Virgule sur les Zones d’Activités Economiques (ZAE) reposait sur un double pari.
Le premier, celui d’imaginer que ces zones, figures banales et guère valorisées de nos villes, présentaient suffisamment d’unité et de diversité pour susciter une production originale qui échappe tout à la fois à la redite et à l’éparpillement. Le second, celui de penser que le regard des photographes pouvait nous dire quelque chose de ce lien si particulier de l’activité à la ville que les sciences sociales et les études urbaines n’auraient pas déjà énoncé.
Ce pari est largement gagné.
Sous l’œil des photographes, ce qui était familier devient étrange, incongru. En transformant ces espaces en images fixes sans en pénétrer l’intérieur, ces derniers n’en font pas des « clichés ». Bien au contraire, ils nous interrogent : est-ce ainsi que dans nos villes nous avons ménagé des espaces au travail et au commerce ? Est-ce ici que nous passons une partie de notre temps ? Ne serait-il pas temps d’en changer ? Paradoxalement, la beauté n’est pas absente de ces lieux… à moins que montrer ou la produire. Celle-là ne procède pas tant de l’activité elle-même mais plutôt de sa vacance. Réalité de notre économie ou circonstances de prises de vues effectuées le week-end, ces espaces ont l’air vide. Le désordre n’y vient pas de l’accumulation des objets mais du réensauvagement des lieux, d’une renaturation clandestine et interstitielle. Le travail ? Il est parfois saisi fugitivement mais demeure le plus souvent invisible, enclos dans des boîtes rectangulaires, colorées mais fermées. Ou alors on en saisit les traces : cathédrales industrielles délaissées, signalétique révélatrice de circulations complexes, tas de gravillons ou de sable en attente d’être employés… Du sable à la plage, il n’y a qu’un pas que les plus malicieux n’hésitent pas à mettre en scène, mettant en abîme l’activité elle-même.
Alors une idée germe. Cette activité tout à la fois rassemblée et escamotée, ne serait-il pas temps enfin d’en restaurer la présence ? La réurbaniser et la renaturer à la fois, la rendre présente et lisible. Lui redonner une valeur urbaine, en somme. Ces photos ne nous la montrent-elles pas déjà, en creux ?

Point Virgule est un collectif pluridisciplinaire de professionnels issus des domaines de l’urbanisme, l’architecture, le paysagisme et l’économie. Lieu de convergence des disciplines, des manières de voir et d’agir sur les territoires, le collectif incarne un rôle d’agitateur d’idées et de facilitateur de projet.
Point Virgule réalise un travail prospectif et sensible pour questionner, réinvestir les espaces produc-tifs. Il développe en particulier, des stratégies d’action et de transformation des zones d’activités économiques et des travaux sur la place de l’artisanat dans les villes.
En 2018, le collectif organise un concours photo intitulé “Un nouveau regard sur les zones d’activités économiques”.

Informations auprès de Bénédicte Bercovici


Télécharger :