Séminaire L’international comme ressource et contrainte des modes de faire la ville-cité - La production d’une ville néo-libérale - 3 février 2017

publié le 28 février 2017 (modifié le 2 novembre 2017)

2ème atelier du programme de recherche “L’international comme ressource et contrainte des modes de faire la ville-cité”

La production d’une ville néo-libérale, 3 février 2017

La thèse de la néolibéralisation de la gestion et du gouvernement urbains fait l’objet d’un débat dans le monde académique et professionnel depuis une bonne vingtaine d’années. Cette thèse soutient que serait à l’œuvre, de manière différenciée selon les villes mais néanmoins générale, une « restructuration sélective de l’intervention publique prenant la forme d’un renforcement des dynamiques marchandes dans la régulation des espaces urbains » sous diverses formes : dérégulation, entrepreneurialisme, montée du secteur privé, traitement différencié de l’espace urbain. Il s’agira de s’interroger sur la production de cette ville néo-libérale. Y a-t-il un modèle général de la ville néolibérale, dont la logique s’imposerait dans l’espace mondial et orienterait l’ensemble des dynamiques de changement à l’œuvre ? Par exemple, la « smartification » de la gestion urbaine (ne) doit-elle être analysée (que) comme un cheval de Troie de la logique néolibérale ? Ou cette hégémonie doit-elle être réfutée au profit d’une vision pluraliste, soit que des modèles alternatifs coexisterait avec un modèle néolibéral, soit que la dynamique de néolibéralisation ne soit qu’une dimension, pas nécessairement dominante, des modèles de gouvernement urbain ? Comment ces modèles circulent-ils ? Par qui ? Pour quoi ? Au profit de qui ? Assiste-t-on tendanciellement à une homogénéisation ou au contraire une différenciation interurbaine des modèles de gouvernement ? Nous examinerons ces questions au travers de deux prismes :
– Qui a le pouvoir dans la ville aujourd’hui ? Assiste-t-on au « pilotage » des villes par des alliances entre le monde privé et le monde politique (l’État et les pouvoirs élus locaux) ? Quel est le poids des firmes globales dans ce « pilotage » ? Quel est le rôle de l’État ?…
– Qu’est-ce que le pouvoir urbain produit en termes de fabrique matérielle de la ville ? Quel est le contenu des projets urbains, des projets de développement et d’aménagement ? Le processus de financiarisation produit-il des villes spécifiques dans la spécialisation de l’espace, sa ségrégation ? Quels sont la place et le rôle des discours, modèles et stratégies de smart cities dans ce contexte ?

Contact : Lionel Martins

Programme (format pdf - 606.5 ko - 13/01/2017) du 2ème atelier "La production d’une ville néo-libérale", 3 février 2017

Internationalizing cities and neoliberalization in retrospect

Introduction et animation : Gilles Pinson (Centre Emile Durkheim, Sciences Po. Bordeaux)

Jennifer Robinson (Department of Geography, University College London)

Urban movements and resistance to the neoliberal internationalization of cities

Introduction et animation : Martine Drozdz (LATTS, Université Paris-Est)

Justus Uitermark (University of Amsterdam)

Ozan Karaman (LATTS, Université Paris-Est) et discussion

Between neoliberal agendas and the globalization of the real estate investment industry : the financialization of urban production

Introduction et animation : Ludovic Halbert (LATTS, Université Paris-Est)

Rachel Weber (Department of Urban Planing and Policy, University of Illinois at Chicago)

Antoine Guironnet (LATTS, Université Paris-Est) et discussion